Mon 1er podcast: Vivre en mode Hardcore

ça y est, j’ai enfin publié mon 1er podcast ! 🙂

Merci de votre indulgence pour le son, je n’ai pas encore l’habitude de manipuler tout les outils audio visuel. Je trouvais dommage de vous priver de cette réflexion pris sur le vif , pour un petit soucis de son !

Cliquez sur “Play” pour l’écouter ou faites un clic droit ici sur “télécharger” pour le recevoir directement sur votre appareil ( par exemple pour l’écouter sur votre smartphone) !

Voici la retranscription du podcast:

 

Bonjour et bienvenue dans ce nouveau podcast du blog asperger-zen.com

Je suis Céline Pasqualini et dans cet épisode je vais tenter de vous illustrer pourquoi je dis que les autistes avancent dans leurs vies en mode « Hardcore »

 

En fait, c’est comparer la vie à un jeu vidéo, et qu’un autiste, toutes ces personnes qui sont en décalage avec la mode sociétale ordinaire, c’est un peu comme s’ils vivaient en mode « Harcore » comme dans un jeu vidéo, et que l’homme blanc sis-genre hétérosexuel qui vit dans une famille…Riche ? Non mais qui y a la notion riche, mais il y a aussi la notion euh quand les deux parents travaillent avec un salaire raisonnable, qui vit dans un pavillon, et qui a accès à toutes les formes de médecine possible, et éducation possible.

 

Quand tu grandis dans une école privée ou quand tu es dans un quartier au milieu de gens qui ne sont pas très fréquentables, automatiquement, les chances de réussite, soyons honnêtes ne sont pas forcément, des meilleurs présages.
Donc qui dit jouer en mode facile ou jouer en mode Hardcore
Donc, automatiquement, quand on est autiste, autiste asperger, parlant, même si on peut avoir la possibilité, éventuellement de faire une réussite scolaire, mais qu’on nous met dans un milieu social non adapté,on tombe automatiquement en mode Hardcore face à des difficultés.

 

En plus, quand on rajoute des comorbidités comme l’hyperacousie, ou la dyslexie, ou d’autres dys qui peuvent éventuellement, l’hypersensibilité sensorielle, marcher dans les couloirs, être bousculé par d’autres personnes.
Au-delà de la sensation d’agression au niveau émotionnel, tu te retrouves à devoir toucher des gens que tu n’as pas envie de les toucher !
Oui, oui, non, nous rentrons vraiment en mode Hardcore.
Et malgré ça si on joue le jeu et bah, on peut, on peut, on peut arriver.

 

Ce sera plus dur, plus difficile. On devra, comme disent nos chers amis neurotypiques, « faire avec », apprendre à vivre avec. Mais non, ce qui faut, c’est vraiment, avoir vraiment une très très bonne connaissance de soi, et aller, au-delà de nos capacités, au-delà de nos possibilités. Sortir, en fait, de… Oui un combat permanent oui tout à fait. Un combat permanent et…
Mais quand derrière on y arrive, Wouaou.
Oui, mais il faut… Même à la fin du niveau ça reste dur

 

Je vais prendre mon exemple, c’est malheureux, mais au moins comme ça, je ne parlerais pas des gens qui n’ont pas envie qu’on parle d’eux. Je garde l’anonymat de toutes les personnes que je connais.

 

Je suis née, en tant que fille d’instituteur, la cinquième. Niveau financier, correct, mais d’une famille qui a passé sa vie à économisé pour s’en sortir donc avec l’éducation et le rythme de vie de « chaque centime, il faut l’économiser » donc euh.. Le gamin va mal,c’est direct les psychiatres, pas pédopsychiatre, psychiatres. Parce que c’est remboursé et aucune, aucune envie de passer le moindre examen, le moindre… Parce qu’il faut les payer !

 

Payer.. Faire un bilan de psychomotricité c’est 160€ aujourd’hui, bah c’est de sa poche et la rééducation derrière n’en parlons pas. Euhm.. Un test de QI bon bah c’est minimum 350-400€ et quand il faut faire spécialiser, je vois pour mon fils, ça a été 650€ soyons honnêtes, c’est cher tout ça. Euh… Aller ! L’orthophoniste..

 

Oui mes parents, c’était même des gens.. oui tout à fait, qui n’allumaient pas le chauffage l’hiver, même alors que l’on était plus que mes parents et moi, que tout mes frères et sœurs avaient continué à la maison euh quitté la maison, c’était encore pareil.
Euh… l’Orthophoniste c’était impensable ! C’était euh.. Mon père instituteur, envoyer sa fille faire de l’Orthophoniste, pour lui c’était une perte de temps ! Bon, le boulot, il l’a fait, il m’a appris à lire à écrire, les heures, il les a passé c’est peut-être pour ça qu’aujourd’hui, j’ai pu faire des études et je suis là en train de vous parler…

 

Mais… Oui c’est un mode Hardcore donc.. Non-identification de mon autisme, j’arrive à l’adolescence, avec toutes les difficultés nerveuse que cela a engendré, et on te demande bah de passer ton bac, de fréquenter des gens, bah automatiquement, tu ne comprends pas ce qui t’arrive.
Tu te retrouves avec les prédateurs sexuels qui sont présents. Les arnaques qui sont présentes, et personne t’a expliqué comment il fallait se comporter dans le monde.

 

Oui c’est mode « Hardcore » et ensuite derrière on te dit «  Oh t’es bizarre » bah ouais j’suis bizarre aujourd’hui, maintenant je sais que je suis autiste mais à l’époque ! « T’es bizarre » bah va l’encaisser ! Bah tu fais avec. T’es bizarre, t’avance, tu fais comme tu peux puis là, tu rencontres quelqu’un qui veut bien de toi, tu te maries, tu fais des enfants, et bah le mari, bah au bout d’un moment bah, il comprend pas ce qui se passe, pourquoi ce décalage, et bah au bout d’un moment, au bout de dix ans le mariage, il explose.

 

Bah oui, mode « Hardcore », du jour au lendemain, maman, célibataire, 3 gamins, jamais bossé de sa vie parce que bah elle y arrivait pas, bah là bah mine de rien bah faut quand même aller bosser. Et bah ok bah on y va. On va bosser. On se retrouve dans un open space avec 30 hommes, la seule femme à faire un boulot, aucune expérience, mais « Céline t’a de la chance, on te l’a donné ton boulot, fait le ». Bah ouais bah on le fait, on fait, on ne sait pas comment on y arrive, mais ….mais le boulot, il est fait.
Mais admettons ! Tout ça reste quand même le mode Hardcore.

 

Mais quand on arrive au bout. Qui maintenant oui non encore épanoui… Sans homme, Sans parents, pour nous aider. Et qu’on arrive et qu’on voit ses enfants arriver à l’âge adulte, et les voir qu’ils sont à peu prêt épanouis, le deuxième, grâce à…. Anthony.. Qui maintenant oui non encore épanoui…Il est épanoui oui clairement.
La troisième et bah du coup, on se dit qu’on va lui faire passer les diagnostiques on comme ça, il les a tout de suite. On va pas attendre plus tard. Et que il y a possibilité de se sentir… S’en sortir dans la vie et que ça marche, malgré ce mode Hardcore, Bah ça fait du bien de l’entendre, ça fait du bien de le voir, ça fait du bien d’avoir une reconnaissance quelque part.

 

La reconnaissance j’ai commencé à la… à l’entendre à travers la bouche de ma.. Psychomotricienne, parce qu’il y a pas longtemps, j’ai passé un test de psychomotricité. Bon bah je suis dyspraxique aussi. Ça je ne le savais pas ahah.

 

Elle m’a dit « Putain vous avez, excusez moi le gros mot, bien.. bien compensé. Et malgré votre autisme, vous avez réussi à en être là ou vous en êtes aujourd’hui. Moi, je suis impressionnée et j’aimerais bien que beaucoup de personnes fassent pareil. »

 

Et je ne le réalisais pas. Et là j’ai regardé ma vie, et j’ai fait « ouais, peut-être. » Je me suis planté, je suis tombée, je me suis… souvent, souvent tombé.. Pas plus tard qu’hier soir, j’ai fait une.. Le début d’une crise de tétanie juste à cause de la fatigue bah ouais. Ouais, c’est mon quotidien, c’est là. J’ai.. Encore, aujourd’hui, j’ai des difficultés à aller faire les courses. Encore, aujourd’hui, bah quand je vais en ville bah c’est l’enfer.

 

C’est l’enfer.

 

Mais, tout à côté, je me..On peut mettre.. On a la possibilité de faire avancer notre vie. Et quand on y arrive bah.. Ça fait…

 

Ça fait vraiment du bien..

 

Voilà ce que je voulais partager aujourd’hui avec vous.

Si vous avez envie de connaître les méthodes de développement personnelles que j’ai utilisé, et celles que j’utilise encore chaque jour pour me permettre de bien vivre ma vie, qui est aussi en mode Hardcore, je vous invite à venir visiter mon blog.

 

À bientôt.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •